AMHA (A Mon Humble Avis)

Une revanche jouissive

Posted by admin

Screen-shot-2013-01-19-at-9.19.23-PM.png

Impossible de passer à coté du dernier Tarantino. Après des mois de promo, une sortie repoussée et des affiches placardées à peu près partout (la plus improbable est peut-être celle placée sur le pont situé juste à l’entrée des quais lorsque l’on entre en Gare du Nord) Django nous est enfin dévoilé. Django est partout, dans toutes les discussions, dans toutes les (bonnes) salles de ciné et surtout dans tous les esprits.

Moi qui suis, déjà de nature, à l’écoute de tous les articles, de toutes les interviews et de toutes les infos que je peux glaner en amont de la sortie des films que j’attends, je dois dire que j’ai été servie. Mais une fois de plus, j’ai réalisé que c’est bel et bien assis dans son siège, dans la salle obscure, face à l’écran que tout se joue et que le ressenti se fait.

Screen-shot-2013-01-19-at-9.20.44-PM.png

Django c’est avant tout une oeuvre significative, qui vient, si ce n’est régler l’Histoire, panser des plaies et des rancoeurs encores ouvertes.

A l’image de son Inglorious Basterds dans lequel il assassinait Hitler, Tarantino offre une magnifique, grandiose, épique revanche à Django, son esclave libéré, et nous offre à nous spectateur, un sentiment de paix et de justice et ce, malgré une violence exacerbée mais justifiée.

Tarantino sait définitivement nous faire du bien en revisitant les périodes de l’Histoire les plus douloureuses. Il n’hésite pas à nous mettre face à une réalité dure et ce, sans nous ménager : ouah cette première scène du film durant laquelle nous voyons les esclaves enchaînés en route pour un périple… les larmes ont inondées mon visage. La force des images, de la musique, et surtout cette réalité brute : l’esclavage avec toute l’horreur qui l’accompagne, cette façon de traiter des Hommes comme des bêtes… cette déshumanisation. La honte de l’Histoire, la honte du Monde…

Mais très vite (sans vous dévoiler toute l’histoire) Django (l’un des esclaves) est libéré et commence alors sa revanche sur ses maîtres, sur ce système, sur la vie.

Et que c’est bon ! On vit cette épopée de presque 3 heures avec le sourire, des éclats de rire même et cette sensation de rejouer l’histoire et de « combattre » aux côtés de cet homme prêt à tout pour retrouver la femme qu’il aime, sa femme.

Screen-shot-2013-01-19-at-9.20.22-PM.png

Il y a donc bien sûr un coté très cinématographique, un côté très loufoque… on est au coeur de l’esprit Tarantino (cette scène où le KKK fait le point quant à leurs masques qui les empêchent d’avoir une bonne visibilité est hilarante)

Les images sont splendides… les acteurs remarquables : définitivement Christoph Waltz est incroyable ! il a une présence, un humour, une aura… du talent en clair ! Il en arriverait presque à faire de l’ombre à Jamie Foxx  pourtant le personnage central (touchant tant il a à coeur d’atteindre son but : retrouver sa femme dont il a été séparé) et même à Leo DiCaprio pourtant excellent dans son tout premier rôle de méchant.

Screen-shot-2013-01-19-at-9.20.32-PM.png

J’ai entendu parler de la pseudo polémique à l’occasion de la sortie du film… et des sorties de Spike Lee qui criait au scandale et disait qu’il n’irait pas voir ce film sous pretexte qu’il le juge « irrespectueux » envers ses ancêtres. Ce n’est pas sur ce point que je voudrais intervenir, Spike Lee a le droit d’avoir ses opinions. Je dirais simplement que ce film est, selon moi, un merveilleux catalyseur de toute la haine, la douleur et l’incompréhension que doivent sans doute encore aujourd’hui ressentir les personnes concernées par l’esclavage à plus ou moins grande échelle… On ne peut guère refaire l’Histoire mais il est possible de la revisiter afin d’en rappeler les moments les plus difficiles – ne serait-ce que pour faire en sorte de poursuivre l’éducation des foules afin que de telles horreurs ne se reproduisent plus jamais. Les choses acquises sont tellement fragiles.

Quoi de plus beau donc lorsque l’art et le cinéma en l’occurence viennent jouer ce rôle et surtout de cette façon, certes peut-être « loufoque » mais en tout cas sincère et efficace.. Je le dis je le répète ce film a eu l’effet d’un pansement et m’a offert cette belle sensation de vengeance des opprimés.

Dans un monde où trop d’inégalités règnent encore et où certaines personnes ont encore un pouvoir sur d’autres, un pouvoir dont ils se servent et abusent, il est bon de rappeler que la justice se fait un jour ou l’autre. Mais avant toute chose, ce film nous rappelle que les personnes considérées comme les plus basses sont bien souvent tout le contraire ! Des héros que l’on cherche à écraser à tout prix par peur de leur pouvoir, de leur force et de leur intelligence… Django est de ceux là.

 

2 thoughts on “Une revanche jouissive

  1. Gérard Bladié

    Je n’ai pas encore vu ce film mais comme vous j’ai lu les critiques qui disent entrautre que ce film a un coté « sauce tomate » dégoulinante moins réussi par rapport aux films cultes de Tarentino.
    Avez-vous eu cette impression? Apparemment non si je m’en tiens à votre commentaire.

  2. Barbara

    comme je le précise : il s’agit d’un film (très) violent, à la sauce Tarantino en effet mais la violence est justifée alors elle ne me gène pas tant que ça. J’ai qd mm fermé les yeux mais mis à
    part ça, il y a un vrai message derrière. Il s’agit donc d’une réussite, à mon avis.

    merci pour ce commentaire !

Leave A Comment