AMHA (A Mon Humble Avis)

Mommy

Posted by Barbara GOVAERTS

Ecriture du scénario, réalisation, direction d’acteurs, costumes et même… sous-titrages, Le garçon gère tout, de main de maître, avec brio… Xavier Dolan, 25 ans, cette tête blonde à l’accent prononcé est remarquable. Le terme est faible.

Mais reprenons au tout début, j’aimerais vous parler un peu de cette soirée là, de l’avant première, de Xavier Dolan, de Mommy, de cette empreinte posée là quelque part, de ce pavé lancé dans la mare du cinéma mondial.

Xavier Dolan, j’en entends parler depuis ses quasi débuts, j’ai vu ses premiers films sur le tard cela dit et l’ai vraiment cerné et remarqué en 2012 lors de mon premier Cannes, lorsque j’ai vuLaurence Anyways, lorsque j’ai eu l’opportunité de l’entendre parler. Choc. Comment « ce gosse » (23 ans à l’époque donc) était-il en mesure de livrer un film aussi abouti, aussi fort, aussi beau… Depuis lors, je suis Xavier de près, il m’a « décoincée » vis à vis de l’accent québequois (que j’admets apprécier désormais !), m’a surtout inspirée (son discours lorsqu’il a reçu son prix à Cannes en mai dernier) et dans tous les cas, m’a touchée, à chaque apparition.

Ce qu’il faut savoir c’est que le mec est un acharné. Une passion semble l’animer, il en use et abuse. Au printemps dernier j’étais invitée à l’avant première de son avant dernier film Tom à la ferme (un film qu’il a réalisé en très peu de temps, comme pour passer le temps justement) ce temps qui menait jusqu’à mai, à Cannes, à Mommy.

Mommy parlons-en. Je n’avais, jusque là pas eu l’occasion de le voir. L’avant première avait lieu ce jeudi soir. Non moins de trois séances étaient prévues à l’UGC Les Halles. Mais pas de place pour moi. C’était sans songer à la volonté qui m’anime lorsqu’il s’agit de voir un film que « j’attends ». Me voilà donc dans « la file de dernière minute », j’ai bon espoir. Puis un moment de doute. Puis un moment d’extase lorsque je croise une blogueuse ciné / co-juré lors du Grand Prix Ciné ELLE 2013 qui me propose une place. Bonheur, running jusqu’à la salle 10, deux belles places nous tendent les bras. Je suis en place, prête pour découvrir ce qui restera un de mes chocs ciné de cette année 2014 (avec Bande de filles qui arrive prochainement sur nos écrans, le 22 octobre.)

Mommy est un film de Cinéma, réalisé par un Réalisateur, avec des acteurs dirigés par un Directeur d’acteurs, des acteurs qui eux mêmes prononcent des dialogues finement écrits… Vous aurez noté les majuscules qui viennent ici appuyer mon propos selon lequel Xavier Dolan est un Maitre du cinéma, rien de moins.

Première remarque, son film est au format carré. Pour nous protéger de l’extérieur (il faut dire que le sujet est difficile, voir synopsis et bande annonce) ? Ne pas trop nous en dire ? Nous permettre de rester au plus près des personnages nous dira t-il plus tard lors de la rencontre organisée à l’issue de la projection.

Seconde remarque : son film est beau. Beau visuellement, cinématographiquement : on s’attache aux personnages, à leurs manquements, à leurs souffrances, leurs moments de rire, de drames, leurs douleurs, leurs atrocités, leur vie, leur avancée dans ce monde cruel. Il faut que vous sachiez que Xavier Dolan a réussi à me faire pleurer en même temps que je riais : mixed emotions. Ce film est d’une force comme il en existe peu.

Troisième remarque : il est certain que son film, ses films, lui même, resteront dans le panorama mondial du cinéma.

Mommy est phénoménal. Les acteurs sont sublimes et sublimés. Ce film est une révélation.

Leave A Comment