AMHA (A Mon Humble Avis)

3 coeurs : le méli mélo de la semaine

Posted by Barbara GOVAERTS

Je pense d’abord qu’il serait de bon ton de dire que je n’aime définitivement pas le cinéma de Benoit Jacquot. Ses adieux à la reine, pourtant encensés, m’avaient plongés dans un ennui mortel (et une de mes siestes cinématographiques les plus mémorables), son 3 coeurs, si longtemps attendu, n’a fait que confirmer ce sentiment d’ennui assez profond que je ressens face à son cinéma.

3 coeurs c’est d’abord un casting trois étoiles(Poelvoorde, Deneuve, Gainsbourg, Mastroiani : oui, quand même !) 3 coeurs c’est en fait un mélo sans fond et sans trop de forme non plus.

La première séquence ne m’a pas emportée du tout. « Ca », une rencontre coup de coeur / coup de foudre ? Je n’y crois pas une seule seconde. J’ai trouvé les acteurs sous employés, dans la surenchère. Non, pour moi, rien d’un coup de foudre dans cet échange assez creux au final. Creux et vide telle la tasse vide à proprement parler dans laquelle boit le personnage de Charlotte G. Je ne sais pas, mettez au moins de l’eau que ça semble crédible ! Certes c’est là un détail mais je le note volontairement pour évoquer le vide existentiel de cette première partie.

Arrivent ensuite la grande Catherine Deneuve (elle aussi sous employée mais tout de même resplendissante, forcément) et sa fille dans la vraie vie et dans le film, Chiara… peut-être la seule à trouver sa place dans ce foutoir familial.

Que vous dire de plus si ce n’est que ce pseudo son à la Inception (en vrai, sans doute une contrebasse dans le film) m’a agacé tant il semble vouloir nous indiquer qu’il y a danger, peur, mal-être et j’en passe… Oui, oui merci, on est encore capable de ressentir les choses par nous mêmes…

Et tout est à l’avenant : le problème de coeur (au sens propre) du personnage central (oui il a le coeur brisé, OK), sa remarque sur le fait qu’il « soit libre comme l’air » (je cite dans le texte) depuis la mort de ses deux parents (oui, ok la famille c’est parfois lourd et pénible, et très intrusif aussi, certes).

Malgré quelques (trop rares) montées en puissance, je dois dire que je me suis ennuyée et ne retiens de ces 3 coeurs que le soupçon d’un pseudo mélodrame provincial.

Vraiment pas palpitant.

Leave A Comment