AMHA (A Mon Humble Avis)

Mandibules

Posted by Barbara GOVAERTS

Jean-Gab et Manu sont deux simples d’esprit. Totalement inadaptés à la société, ils vivent en marge de cette dernière, sans savoir ce que la minute d’après leur réservera.

Quentin Dupieux, comme à son habitude, n’est pas en reste pour donner à voir dans l’introspection de ce genre d’énergumènes. C’est alors qu’il les place au centre de son nouveau film – un long métrage d’une heure dix sept minutes – qui a pour trame de scénario la tentative de domptage d’une mouche géante.

Si le film veut dire la difficulté pour certains de se fondre dans le moule de ce qu’attend de nous la société, il résonne d’autant plus en cette période pandémique et confinée qui fait des ravages auprès des plus fragiles alors en perte de repère, de lien social ou professionnel. Que penser de ceux qui vivent à la périphérie ? Sur les abords ? Ceux qui ne parviennent pas ou plus à se fondre dans la masse. Ces mêmes personnes qui ne maitrisent pas les codes sociaux et suivent leur propre route, en marge. Le film dit justement leur valeur, ce qu’ils apportent aux autres par le prisme de leur naturel, de leur incapacité à être stratège, par leur honneteté sans faille et leur naiveté aussi.

Surréaliste et absurde, ce film visuellement très beau (les paysages et ce grain tout doux), est d’une maitrise totale. J’ai vu des films qui se voulaient bien plus sérieux être en réalité moins délicats et subtiles.

Quentin Dupieux réussit avec brio le pari difficile de faire rire de ces deux idiots. Il livre même un film bien plus adroit et perspicace car on fait bien plus que seulement rire d’eux, sans crier gare, on s’attache à leur naiveté, à leur décalage.

Il en va de même pour Adèle Exarchopoulos qui joue ici son premier rôle de comédie. Moi qui ne suis pas sa première fan, l’ai trouvée excellente dans le rôle de cette jeune femme « handicapée verbale ». Il faut jouer ce qu’elle joue, sans que ce soit trop ridicule ou improbable. Elle trouve le bon ton, et le juste milieu pour faire rire sans pour autant que ce soit rédhibitoire.

Aux innocents les mains pleines !