AMHA (A Mon Humble Avis)

L’amour foutu en l’air

Posted by admin

Screen-shot-2013-04-07-at-5.42.26-PM.png

Alors il faudra déjà m’expliquer ce que le cinéma a ces derniers temps avec les avions.

Flight a ouvert la voie il y a quelques mois et nous a offert de vivre le plus gros crash de l’histoire du cinéma, pour ensuite laisser la place à 20 ans d’écart (la scène d’ouverture dans laquelle le jeune Pierre Niney avait le coup de foudre pour Virginie Effira se passait à bord d’un vol Rio Paris). Plus récemment, Almodovar offraient à ses Amants passagers un vol sous haute tension mais avant tout, haut en couleur, et cette semaine l’amour est à nouveau au rendez-vous, cette fois sur un vol New York Paris qui orchestre les retrouvailles de Nicolas Bedos et Ludivine Sagnier dans Amour et turbulences.

Ce que je n’arrive pas à comprendre totalement c’est la symbolique de cet usage abusif de l’avion. Est-ce là une volonté d’échapper à un quotidien trop pesant, à tout ce qui se passe sur Terre ? Auxquelles s’ajoutent les turbulences qui auraient pour but de nous ramener à la dureté de cette vie qui ne nous épargne rien.

Des turbulences, certes j’en ai ressenti devant cette comédie romantique sympatique mais énervante. Enervante car inégale et surtout très narcissique. Alors vous me direz, à juste titre, que je ne suis pas la mieux placée pour critiquer le narcissisme de Nicolas Bedos (qui a signé le scénario de cette comédie et qui en profite pour raconter sa vie et sa repentance amoureuses) dans la mesure où je suis une des premières fans de Fred Beigbeder, sans doute le narcissique numéro 1 de France qui aime tant se raconter dans ses livres.

Mais voilà n’est pas Fred Beigbeder qui veut.

Screen-shot-2013-04-07-at-5.41.51-PM.png

Je ne dirais pas que j’ai détesté ce film qui offre une très belle BO, une histoire d’amour  à L’Anacoeur qui nous rappelle qu’il est toujours mieux de choisir l’Amour, le vrai, le fort, plutôt que la sécurité d’un homme avec qui l’on se contenterait d’une « petite vie pépère » : certes c’est là, le libre arbitre de chacun. Autrement dit : de ne jamais laisser filer celui ou celle qui fait vibrer notre coeur.

Ce qui est génant ici je trouve c’est ce faux documentaire sur la vie sentimentale de ce cher Nic Bedos : on a juste envie de lui dire combien on est heureux pour lui, heureux qu’il ait enfin trouvé l’Amour après tous ces brouillons (c’est bien, ça fera plaisir aux brouillons en question je suis sure tout comme le fait de savoir qu’il aime que sa copine s’habille « en pute » pour sortir).

Screen-shot-2013-04-07-at-5.43.43-PM.png

Bref, vous le comprendrez je ne suis pas emballée.

Mention spéciale à des seconds rôles très sympathiques cependant : Jonathan Cohen qui m’a presque émue et Clémentine Célarié décidément toujours aussi péchue.

Une chose est sûre, mon esprit s’est envolé ailleurs, à mille lieues de là pendant le film. Pas sûre que ce soit bon signe.

 

 

 

 


5 thoughts on “L’amour foutu en l’air

  1. Myriam

    Belle trouvaille ton titre 😉

  2. Barbara

    aha merci ! j’essaie, j’essaie !

  3. Pierre

    Tu peux retrouver notamment Jonathan Cohen et Clémentine Célarié dans la géniale série « Les invincibles ».

  4. Barbara

    merci pour l’info ! je vais regarder ça de plus près, j’avoue ne pas connaitre du tout cette série

  5. Pierre

    Un peu normal, elle est restée assez confidentielle, ayant été diffusée sur Arte.

Leave A Comment