Un chef d'oeuvre est déclaré

Un chef d’oeuvre est déclaré

L’amour, voilà un sentiment qui vous permet de soulever des montagnes.

C’est bien là le sujet du second film de Valérie Donzelli : La guerre est déclarée

Image-2-copie-22.png

Elle, Juliette et lui, Roméo s’aiment. Ils donnent naissance à un enfant, Adam. La vie leur sourit, ils sont heureux.

Mais la vie donne et la vie prend. Ils apprendront bien vite que leur fils est atteint d’une tumeur au cerveau.

Le combat de leur vie va alors commencer. Il s’agit là de leur vraie histoire. Valérie Donzelli et Jérémie Elkaim, après avoir traversé cette immense épreuve, ont décidé de réaliser ce film qui résonne comme un cri, un cri poussé du plus profond de leur être, un cri qui dit toute l’injustice de cette situation (« Pourquoi nous ?), un cri de peur, un cri de lutte, un cri d’espoir, un cri de victoire, un cri de vie… 

Leur fils, de son vrai prénom Gabriel est aujourd’hui guerri, il joue à la DS, à huit ans et est en CM2 : voilà de quoi nous rassurer lors des passages les plus difficiles du film.

Mais c’est justement là le gros du travail et la vraie prouesse de Valérie Donzelli : ne jamais sombrer dans le pathos.

L’émotion et la souffrance sont palpables car vécues « en vrai » mai jamais elle ne fait le choix de nous emmener, nous simples spectateurs, dans la tristesse, dans la pitié et dans le douleur.

C’est en effet principalement au travers du rire, de la bonne humeur que le couple a traversé cette épreuve, cette marche dans le désert. En s’épaulant toujours, en se réconfortant souvent. Lorsque l’un tombe, l’autre le relève et vice versa : c’est là la vraie force du couple, qui d’ailleurs finira par se séparer apprend t-on mais qu’importe les « cases », les conventions, on sait que le lien qui les unit les unira pour toujours. On ne sort pas indemne d’une telle épreuve et les liens tissés sont immuables. J’ai d’ailleurs été très émue par cette phrase prononcée par Jérémie Elkaim (Roméo dans le film) : « je n’aurais pas pu vivre ça avec quelqu’un d’autre » : pour moi, une déclaration d’amour des plus belles au vue de la situation.

D’un point de vue de la réalisation, là encore, c’est fluide, les images sont belles, les couleurs, la musique… on pense parfois à Aronofsky pour cette mise en scène sacadée (1 ou 2 scènes) mais c’est avant tout un film intime, profond, unique qui ne cherche pas à plaire ou à impressioner.

On dit juste les choses, comme ça, comme on les ressent… en cela c’est une déclaration d’amour à son enfant, à celui que l’on aime toujours, à sa famille, à la vie…

Une leçon de cinéma, une leçon de style, une leçon de vie

Image-3-copie-12.png