AMHA (A Mon Humble Avis)

La quête de « son moi » à lui

Posted by adminBarbara

les-garcons-et-guillaume-a-table.jpg

Je me rends compte que j’avais été quelque peu elliptique en vous parlant de Guillaume et les garçons, à table ! (que j’avais vu lors du Jury ELLE). Je souhaite, ce soir, revenir sur ce point.

J’ai, en effet, revu ce film ce soir et y ai vu d’autres choses. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’aime tant voir les films qui m’ont plu encore et encore, on y perçoit à chaque fois quelque chose de nouveau, une plus ou moins grande sincérité, une plus ou moins grande force… c’est selon le feeling du jour en fait.

Je peux déjà vous dire que Guillaume et les garçons, à table ! est tout aussi bon la deuxième fois.

Quelle richesse de jeu (ça, je l’avais noté lors de la première projection), quelle subtilité (il nous raconte sa vie tout de même, cela aurait pu être d’un chiant incroyable), quelle justesse (toujours) quelle vitalité et quelle belle ôde à la quête d’identité.

Car oui, bien plus qu’un film sur l’homosexualité / hétérosexualité, c’est bel et bien un film sur la quête de soi et sur l’apprentissage « de l’amour du soi » (quel beau passage que celui où l’un de ses nombreux psy lui fait remarquer « qu’il s’aime donc si peu ».

les-garcons-et-guillaume-a-table_0-e1378758441919.jpg

la cellule familiale : pas forcément un cocon pour Guillaume Gallienne…

Outre l’accent mis sur cette relation très eodipienne et (trop) fusionnelle vécue avec sa mère, c’est bel et bien, également, une merveille déclaration d’amour à la féminité et aux femmes que nous livre ici Guillaume Gallienne (très belle réflexion et remarque sur le souffle des femmes, sur leur gestuelle).

Cette histoire, son histoire, nous révèle qu’il faut parfois du temps, beaucoup d’énergie et surtout pas mal d’abnégation pour parvenir à s’accepter, à s’aimer et à se comprendre afin de se faire accepter, se faire aimer et se faire comprendre.

La vie, cette fichtrement longue route vers la connaissance…

Toujours est-il, que si Guillaume semble s’être libéré de son image et de ce qu’elle renvoie, son film me fait encore plus aimer être une femme.

C’est juste, c’est vrai et c’est beau. Bon allez je vais me répéter mais chapeau l’artiste !

En prime, parce que c’est vous, la superbe musique du film :

 

 

 

 

 

 



Leave A Comment