AMHA (A Mon Humble Avis)

la dualité de la vie

Posted by admin

Screen-shot-2012-11-30-at-1.16.16-PM.png

Screen-shot-2012-11-30-at-1.16.42-PM.png

La vie n’est en rien linéaire, jamais. Elle nous réserve des surprises, belles et moins belles et nous place face à des contradictions fortes. Mauvaise fille, d’abord le roman (autobiographique) de Justine Lévy et depuis, adapté à l’écran par Patrick Mille, nous met face à la plus forte de ces contradictions : le mystère de la vie.

Mauvaise fille c’est l’incarnation de la dualité de la vie. Tantôt légère puis soudain très grave, facile et si dure à gérer parfois, joyeuse et si douloureuse à certains instants… en un mot : la vie comme elle est, avec ses montagnes russes et tous les surprises qu’elle nous réserve.

Louise (Justine) va vivre ce qui me semble être la plus belle et la pire des choses qui soit. Alors qu’elle apprend que sa mère est en rechute de son cancer et sans doute au crépuscule de sa vie, elle découvre qu’elle est enceinte. De là, vont se méler tous les sentiments possibles et imaginables : entre bonheur fou et douleur extrême : comment parvenir à gérer tous ces sentiments qui se mélangent en elle, si ce n’est faire face et prendre tout ce que la vie nous apporte.

J’avais déjà beaucoup aimé le roman de Justine Lévy qui m’a d’ailleurs beaucoup marqué. J’ai le souvenir de cette écriture brute, forte, vraie, sans taboo aucun et sans non dit. Je peux dire aujourd’hui que le film rend hommage au livre. Je n’ai jamais vu une aussi belle adaptation et cela est sans aucun doute, dû au fait que Justine Lévy ait été aux commandes avec son compagnon à la ville : Patrick Mille. On sent, on voit Justine dans ce film et c’est ce qui le rend fort et si vrai.

Screen-shot-2012-11-30-at-1.14.23-PM.png

Izia Igelin qui incarne Louise / Justine et Justine Lévy

Screen-shot-2012-11-30-at-1.13.10-PM.png

L’autre point fort de cette histoire est la relation qu’entretiennent Louise / Justine et sa mère (jouée ici par Carole Bouquet qui réussit le double exploit de pouvoir jouer une jeune mannequin au top de sa carrière et une femme épuisée par la maladie, au seuil de la mort : impressionnante je vous le dis). Le film est en effet rythmé par des flashback qui viennent nous replonger dans l’enfance de Louise, une enfance partagée entre sa mère mannequin junkie et instable et son père ici rockeur (mais en vrai écrivain, Justine Lévy est la fille de BHL). Il devient donc clair pour le spectateur que Louise n’a pas vraiment grandi dans le cocon familial idéal. C’est d’ailleurs parce qu’elle a été ballotée par des parents trop absents qu’elle s’est forgé ce caractère fort et déterminé. Elle apprend très vite a se débrouiller seule et à ne compter sur personne quoique sur son père qu’elle voit comme un sauveur. Elle dira de lui « qu’il arrange toujours tout ». La première scène du film nous plonge d’ailleurs dans ce postulat – et pour ma part, elle m’a extirpé quelques larmes.

Screen-shot-2012-11-30-at-2.14.31-PM.png

Mais revenons à sa mère, cette femme enfant qui, au fond, ne parvient pas à jouer son rôle maternel car elle est trop envahie par sa vie de femme déjà, et puis un peu perdue dans l’alcool et autres substances il faut le dire.

Mais ce qu’il ressort de leur histoire c’est ce lien fort malgré tout. Louise veille sa mère, est là pour sa mère en tout temps même si leur relation n’a jamais été apaisée.

Et c’est justement ce qui fait le force de cette histoire. Nous sommes tous des éclopés de la vie. Qui peut dire qu’il a eu l’enfance parfaite, les parents parfaits et j’en passe ? Mais c’est bel et bien ce qui fait la force, la richesse et la beauté de la vie : de tirer profit de ce que l’on vit, de ce que l’on a et des forces et des bienfaits apportés par nos proches.

Louise et sa mère vivent un bel instant de complicité et de bonheur

Screen-shot-2012-11-30-at-1.14.12-PM.png

J’introduisais cet article en disant que la vie n’est en rien linéaire et qu’elle nous réserve des suprises. A nous de chercher le positif dans tout ce que nous entreprenons, dans tout ce que la vie nous offre car la richesse est là.

 

 

 


Leave A Comment