AMHA (A Mon Humble Avis)

Le récit de l’histoire américaine dans toute sa splendeur

Posted by adminBarbara

Screen-shot-2013-01-09-at-12.49.44-AM.png

Ce qu’il faut que vous sachiez déjà c’est que j’ai vécu ce soir un grand moment ! Comprenez, j’ai assisté à ma toute première avant première presse et ça, je ne sais pas pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup !

Ce qu’il faut que vous sachiez ensuite c’est que j’ai vu Lincoln, le dernier film de Spielberg. Alors dejà, que je vous dise mais ce fût un délice de suivre les tweets de la journée sur le sujet, car oui, je suis sur twitter et tente d’y faire ma place, tout comme je tente de la faire aussi dans le sérail de la blogosphère ciné. Ce fût fort sympathique de lire l’attente de mes confrères et consoeurs et dans tous les cas, un excellent moyen de voir que tous étions voués à partager ce moment ensemble.

19h50 : me voilà donc devant le Club de l’Etoile je me faufile dans la file d’attente pour, très rapidement, rejoindre mon siège. Juste le temps de zieuter cette salle que je ne connais pas et de feuilleter rapidement le dossier de presse qui nous a été remis pour l’occasion, que la salle s’obscurcit et que le silence se fait : ma première séance de l’année commence.

Je réalise vite que le son de la salle est excellent : j’entends les bruitages venant de devant, de derrière, de ma droite… mais vais bien vite réaliser que j’ai besoin d’un peu plus pour passer un agréable moment.

Dès les premières scènes je reconnais que Daniel Day Lewis maîtrise le rôle, l’habite même : c’est un grand acteur, je le savais et en obtiens la confirmation ici. De même pour Tommy lee Jones qui apporte au film une touche d’humour (qui est plus que bienvenue) par ce comportement quelque peu « grinçant ».

Screen-shot-2013-01-09-at-12.49.19-AM.png

Cela dit, je réalise très vite que je m’ennuie ferme. Le film est une fresque historique pure et dure. Pas de fioriture aucune, on nous dépeint ici un pan de l’histoire américaine et pas des moindres, le tour de force engagé par Lincoln alors fraichement réelu à la tête du pays, qui tente de faire passer le 13ème amendement de la Constitution : à savoir, l’abolition de l’esclavage.

Le film s’attarde donc sur cette phase de campagne qui, pas de suspens inutile on connait tous l’Histoire, aura la peau du président.

C’est long, mais long…je le dis sans lésarder. Je le disais, il s’agit là du film historique par excellence qui tient à retranscrire la réalité des faits et rien d’autre. Bien évidemment, c’est un film américain, on a donc cherché a faire ressortir la part tragique de la vie de l’homme : à savoir la douleur causée par la perte d’un enfant et par un mariage presque réduit à néant quoique sa femme semble le soutenir quoi qu’il advienne. La relation du président avec ses fils est également relatée et révèle une manque de communication certain palié par une assez grande proximité et une capacité d’écoute. Je retiens de ce film cette sensation que Lincoln donnait à chacun de ses proches et de ses collaborateurs, le droit et le devoir de faire ce qui leur imcombait. A chacun de tenir ses responsabilités. Un homme juste je pense, que ce Lincoln.

Cela dit, je dois vous dire que ce qui m’a plu c’est cette conviction. Cette foi en l’homme qui pousse Lincoln à agir. On le sent convaincu, il faut le rappeler à une époque où il semblait normal que les noirs soient tout au plus enchainés, tout au mieux réduits à l’état de domestiques dans les maisons les plus huppées du pays.

Lincoln se révolte contre cela, il a le mérite de se demander si cela est normal… Si Dieu nous a tous créés, ne sommes nous pas tous égaux en droit ?

Tel est le message du film et de l’Histoire.

Un message qui résonne drôlement dans notre quotidien à nous… même si l’esclavage semble être une affaire ancienne, le « problème » d’une autre époque, il est bon de se rappeler qu’il est de notre devoir de chaque jour que de lutter pour que tous, nous soyons certains de pouvoir jouir des mêmes droits.

A bon entendeur.

 

 

 



Leave A Comment