Festivals de Cinéma

BFSC à Cannes # épisode 12 / Le mot de la fin

Posted by adminBarbara

Vous l’aurez sans doute remarqué, pas la peine de tenter une quelconque feinte, mon pronostic était tout faux.

Pas de quoi en faire tout un foin, et j’attire votre attention sur le prix d’interprétation masculine qui, vous devez l’avoir noté, me réjouit, dans la mesure où j’avais particulièrement aimé le film La Chasse. Heureuse donc que son acteur principal ait été primé  – il le mérite je vous assure.

Mise à part cela, je ne me prononcerai sur aucune des autres récompenses pour la simple et bonne raison que je n’ai pas vu les films en question : à croire que j’ai loupé tous les bons films à Cannes ou quoi ?

Image-1-copie-25.png

Point du tout… n’oublions pas que ce choix est celui du Jury et de lui seul… un autre jury à un autre moment aurait choisi des films tout autre, et puis il y a toujours cette fameuse notion de subjectivité. Nous pouvons être d’accord pour dire que tel ou tel film est « un bon film » mais le film en question ne plaira cependant pas forcément à tout le monde. Nos goûts sont personnels et le resteront.

Tout cela pour dire qu’après avoir passé 8 jours à voir des films, je réalise qu’une multitude d’autres films m’attendent, nous attendent…et je trouve que c’est une sacrée bonne nouvelle. Je vous invite donc à poursuivre l’aventure à mes côtés… il y a encore tellement à dire des films primés mais aussi des films que je n’ai pas encore vus et qui font tant parler d’eux tels que Cosmopolis, Sur la route, Holy motors…

Non, clairement, jamais le cinéma ne cessera de nous faire rêver, de nous faire rire, de nous faire pleurer, de nous faire réfléchir sur le cours des choses, sur le cours de la vie… jamais le cinéma ne cessera de nous faire avancer.

Nous devons le beau mot de cette 65ème édition à Monsieur Jean-Louis Trintignant, qui cita Prévert dans un instant qui restera marqué par la dignité et l’émotion lorsque l’on connait le drame qu’a vécu cet homme… Et si l’on essayait d’être heureux, ne serait-ce que pour donner l’exemple. Jacques Prévert. Un hommage fort.

Si je ne devais retenir qu’une chose de cette expérience intense et inoubliable que j’ai vécue, ce serait cette intensité vécue durant toute la tenue du Festival et cet amour encore plus fort et vivant que je ressens pour le cinéma.

Je suis récemment « tombée » sur un reportage sur Catherine Deneuve qui parlait en ces termes de François Truffaut : « Il pensait que le cinéma valait plus que la vie elle-même »… cette phrase ne m’aurait peut-etre pas touchée du tout en un autre temps, je ne l’aurais peut-être même pas retenue… Aujourd’hui, je ne la comprends pas, car pour moi rien ne vaut la vie, mais elle m’intrigue et je sens que je touche du doigt cette immensité que représente le cinéma. Bien plus qu’une simple passion ou qu’un hobby, j’ai réalisé qu’il s’agissait d’un moyen fort, unique et immortel qui permet d’unir les gens et qui fait en sorte que nous puissions vivre ce même rêve que l’on soit d’ici ou d’ailleurs… Un plutôt bel espoir je trouve.

Vive le cinéma !

…/

Retrouvez le palmares 2012

LONGS METRAGES

Palme d’Or

AMOUR (Love) réalisé par Michael HANEKE

Grand Prix

REALITY réalisé par Matteo GARRONE

Prix de la mise en scène

Carlos REYGADAS pour POST TENEBRAS LUX

Prix du Jury

THE ANGELS’ SHARE (La Part des anges) réalisé par Ken LOACH

Prix d’interprétation masculine

Mads MIKKELSEN
dans JAGTEN (La Chasse) réalisé par Thomas VINTERBERG

Prix d’interprétation féminine

Cristina FLUTUR & Cosmina STRATAN dans DUPÃ DEALURI (Au-Delà des Collines) réalisé par Cristian MUNGIU

Prix du scénario

Cristian MUNGIU pour DUPÃ DEALURI (Au-Delà des Collines)

COURTS METRAGES

Palme d’Or

SESSIZ-BE DENG (Silencieux) réalisé par L. Rezan YESILBAS


CAMERA D’OR

BEASTS OF THE SOUTHERN WILD réalisé par Benh ZEITLIN présenté dans le cadre de la Sélection Officielle Un Certain Regard

1 Comment

  1. Clovis Simard

    blog(fermaton.over-blog.com),No-4-THÉORÈME MON COEUR .- Un humain heureux.

Leave A Comment