AMHA (A Mon Humble Avis)

40 and fabulous

Posted by Barbara GOVAERTS

Personnellement, Bridget m’a toujours quelque peu irritée. Cette gourdasse empotée, maladroite et peu sûre d’elle n’était pas pour me plaire.

J’ai tout de même, je dois l’avouer suivi ses aventures et me souviens des grandes lignes.

Ce n’est pas en sautant de joie que je suis allée découvrir ce troisième opus mais c’est bel et bien avec un sourire assez béant que j’en suis ressortie.

Bridget a, enfin, mûri. Il était temps.

De trentenaire neuneu (je ne l’épargne pas, je sais) elle est devenue cette jeune quadra professionnelle et semble enfin tenir sa vie avec poigne. Le mot est peut-être un peu fort mais il y a du mieux.

C’est là que l’avis des puristes (comprenez, les vrai(e) fans) et le mien divergent.

Là où je vois une femme qui tient la barre de sa vie même si quelques éléments restent chaotiques (quel ennui d’avoir une vie tirée à quatre épingles !) d’autres voient une femme qui s’est laissée happer par les dictats de la société : plus de kilos superflus, Bridg affiche désormais une ligne parfaite, look maîtrisé (sauf chez elle, son pyj est toujours aussi désastreux) position sociale valorisée par un job dans le domaine des médias etc.

C’est justement là que nos chemins divergent avec les critiques négatives qui vont à l’encontre de ce film : à aucun moment je n’ai envie d’entrer dans l’analyse sociale de cette bluette sentimentale.

Certes c’est plaisant de voir Bridg Senior – la mère de Bridget – évoluer dans ses convictions intimes et s’ouvrir à un monde diversifié, multiple et plus humain mais le tout reste tout de même quelque peu dénué d’étoffe.

Là où le film ne manque jamais d’étoffe à mon sens, c’est dans son aspect comique : ce que j’ai ri ! J’ai ressenti une réelle grande liberté.

C’est de là à mon sens que le film tire sa force. Je suis sortie de la salle le sourire aux lèvres, certaine que chacun(e) se doit de vivre sa vie selon ses propres préceptes, sans jamais se fier aux volontés de la société ou de quelconques dictats.

Sachons nous sentir libres d’être nous-mêmes, c’est cela le message de Bridg et il est enfin parvenu jusqu’à moi.

Peut-être plus social que je ne l’aurais cru donc.

 

 

2 thoughts on “40 and fabulous

  1. Paule

    Je n’ai jamais été attirée par ce genre de film – sexagénaire oblige – mais je suis contente que des jeunes puissent y puiser quelques réflexions pour leur chemin.

  2. Barbara GOVAERTS

    Merci pour ce commentaire ! C’est en effet bel et un bien un film générationnel dans lequel certaines peuvent se retrouver 🙂

Leave A Comment