Bond, son nom est Bond

Bond, son nom est Bond

« Bond vous êtes un cerf volant qui danse dans l’ouragan » (« Bond you’re a kite dancing in the huricane » pour les plus anglophones d’entre vous)

Voilà sans aucun doute LA réplique de ce 24ème opus du célèbre Agent Secret Bristish qui me restera en mémoire.

L’agent du MI6 est de retour pour de nouvelles aventures que j’ai eu la chance et le bonheur de découvrir en avant première – avec l’équipe face à moi – oui ça fait beaucoup d’émotions !

Le bouquet final étant que ce nouvel opus (et dernier de Daniel Craig ?) est une pure merveille et une vraie réussite. J’essaie de faire dans l’objectivité et je vous assure que j’ai laissé un peu de temps passer et la pression retomber avant de coucher ces quelques mots, et je vous assure que l’enthousiasme n’est pas retombé du tout.

On retrouve donc notre Bond quelque peu mis au placard. L’arrivée d’un « nouveau M » et le rapprochement du MI6 avec une nouvelle entité viennent perturber le bon fonctionnement du service.

On avait quitté Bond en pleine introspection (Skyfall) et en passe de se remettre de ce coeur brisé à jamais (Casino Royale & Quantum of Solace). Il avait hésité à tout abandonner mais c’était sans compter sur le fait que le monde compte encore pas mal de raclures et de méchants. Et Bond n’est pas du genre à se défiler, ça non.

C’est alors qu’il reprend du service bon gré mal gré pour faire face à un maître du mal.

A l’heure où j’écris ces quelques lignes ma frustration de ne pouvoir vous raconter l’intégralité de l’intrigue, du scénario, des dessous de l’affaire est grande, très grande !

Je m’en tiendrai donc à cela.

Spectre est un grand James Bond, en lien direct avec les épisodes précédents qui vient boucler une boucle et nous permet de revenir aux sources (du mal) et fermer une porte. L’énigme vous plait ?

Je peux vous dire également que le rôle de Monica est très facilement oubliable et que Léa Seydoux vient s’inscrire dans la longue lignée des James Bond girls et fera sans aucun doute partie de celles qu’on n’oublie pas et qui auront marqué la série. Elle apporte force et fragilité, calme et brutalité.

Tout ce qui fait le secret et la marque de fabrique des James Bond. Car en clair, qu’est-ce qui nous plait chez ce charmant bad boy si ce n’est justement cette escalade d’extrêmes. Bond et son univers sont tout à la fois dans la puissance et la délicatesse, dans la froideur et l’humour, dans la violence et la douceur, dans la haine et l’amour… ce sont ces opposés qui viennent se télescoper et donner toute sa saveur à cette « série » dont on aime suivre les épisodes les uns après les autres.

L’humour ici est bien présent, les scènes d’action et de courses poursuites sont au niveau. Le méchant est très méchant (Christoph Waltz, toujours excellent). Même la BO qui (après Skyfall je dois dire que la barre était haute, très haute) ne m’avait pas tellement emballée lors de la première écoute, à réussi à me coller des frissons une fois « mise en situation ».

Une fois de plus, je vous garantis 2h30 de pur plaisir, du vrai bon divertissement avec à la clé des réponses à pas mal des questions que vous aviez pu vous poser si vous êtes un fidèle spectateur de tous les épisodes de ce cher Daniel Craig.

Sam Mendès (le réalisateur de Skyfall et de Spectre) apporte une vraie touche à la narration et à la réalisation. Le tout forme une vraie belle mise en scène comprenant de vraies belles idées créatives dans des lieux qui vous feront voyager de Tanger à Rome en passant par Mexico.

Oui Sam Mendès apporte une vraie touche et cette touche est sans aucun doute l’humanité. Peut-être mon côté midinette je vous l’accorde… Je les aime ces courses poursuites, ces affrontements qu’ils soient psychologiques ou physiques et j’aime que notre James s’ouvre par ailleurs à une plus grande empathie envers ceux qui l’entourent. Qu’il renoue avec la vie et laisse les ténèbres là où elles sont.

Il danse, tel un cerf volant ça oui, et l’ouragan semble être loin désormais…

Laissez vous entrainer. Partez à l’aventure. Vous êtes entre de bonnes mains. Bond veille sur vous.

Le film sera sur nos écrans le 11 novembre prochain.

 

Je vous parle également de Spectre ici, sur Séance Radio :