69th Festival de Cannes : 12ème jour

69th Festival de Cannes : 12ème jour

Quand yen a plus, yen a encore ! Le festival de pépites se poursuit.
Aujourd’hui dimanche 22, en plus d’être le jour de mon anniversaire, c’est aussi le dernier jour de ce « 69ème Cannes ». La croisette et surtout le Palais des festivals se vident peu à peu. Alors, c’est comme un léger sentiment de nostalgie qui m’envahit. Mais soyez en certains, la nostalgie n’a rien de négatif. Je repense à tous ces films découverts, à cette humanité, à ces rires, à ces larmes, à ces soupirs, ces agacements, à cette vie portée sur grand écran et souris de tant de joie et de tous ces moments forts qui ont peuplé ces 12 journées et nuits.

J’ai entendu des « habitués » dirent que Cannes « vraiment ce n’est plus comme avant », « les fêtes sont vraiment moins bien », « la sélection n’offre pas de grands films » et j’en passe.
Ce que j’ai vu pourtant ce sont des salles qui réagissaient massivement aux films projetés, des gens rire, être émus, des gens danser comme des fous sur le dancefloor, ces mêmes gens qui faisaient la queue des heures pour espérer entrer et participer à la dite soirée, des gens se presser pour ne surtout pas manquer leur séance, des gens heureux, des gens ravis et conscients de leur chance de participer à ce qui reste (sans être chauvine) l’un des plus grands rassemblements cinéphiles au monde.
Cannes est définitivement le lieu où se mêlent à la perfection le glam, le (très) mauvais goût, le cinéma mondial de qualité (dans sa grande majorité, j’y reviendrai), les stars et les nobodies, les professionnels et les plus novices mais dans tous les cas : les amoureux du ciné.

J’évoquais en tout début d’article le fait que les pépites se poursuivaient. La compétition se termine chaque année le samedi soir et le dimanche (jour des délibérations du jury et du rendu de leur « verdict »), sont projetés tous les films de la sélection histoire de nous proposer une sorte de rattrapage car il est quasi impossible de voir les 21 films en 12 jours (où alors il faudrait ignorer les sélections parallèles dont je n’ai pas manqué de vous parler).
J’ai manqué, pour ma part, 4 films de la sélection officielle. Je n’en avais jamais vus autant jusque là mais cette année, la sélection m’a particulièrement attirée.

capture

J’avais donc loupé cet Aquarius, film brésilien en compétition donc. Et je dois vous avouer que je n’avais pas le sentiment d’avoir loupé quoi que ce soit car le film est resté quelque peu discret. Quelle erreur ! Ce film est une pépite ! Sans vous livrer ici l’analyse complète du film – qui mérite d’être vu – je vous dirai qu’il met en scène une femme retraitée d’une 60aine d’année, ancienne journaliste et écrivain (pour les « vrais », aka ceux qui connaissent Sex and The city, il s’agit de Maria, l’amante de Samantha dans la saison 4 de Sex and The city) qui se bat « silencieusement » afin de garder son appartement, qu’une agence immobilière véreuse tente de lui racheter. Là comme ça ce n’est pas très parlant mais il faut voir cette femme tout intérioriser, se poser en garante de ses droits et de ceux de ses enfants. Son jeu est brillant et si juste.

La musique tient une place prépondérante dans le film. Ce même film qui est fort bien mis en scène. J’ai aimé bon nombre de plans de ce film. Seuls les corps ou des parties du corps sont filmés parfois, chaque son est maîtrisé. C’est très tendre et corrosif à la fois et la rage introvertie de cette femme digne est surprenante. Cela donne au final un excellent manifeste sur le temps qui passe et sur les sociétés qui évoluent et mutent. Je ne connais trop rien au Brésil mais ai l’impression d’en avoir perçu une image vraie et respectueuse de son environnement moderne. En voilà un portrait de femme très fort et beau. Un film qui donne envie de se sentir vivant !

Voilà donc que la colo se termine ! Pas le temps de voir un autre film, juste celui d’écrire ces quelques lignes, de remballer mes affaires et de sauter dans le train.

image

Avant cela, puisque c’est de bon ton, je vous livre mon palmarès perso.

Palme d’or
Toni Erdmann
Grand prix
American Honey
Prix du jury (jury uniquement composé de moi même donc !)
Juste la fin du monde
Prix du scénario
Mademoiselle
Prix de la mise en scène
ELLE
Prix d’interprétation masculine
Dave Johns dans I, Daniel Blake ex æquo avec Damien Bonnard dans Rester Vertical
Prix d’interprétation féminine
Isabelle Huppert dans ELLE