Un post pas très cathodique

Un post pas très cathodique

Image-8-copie-2.png

J’ai lu ce matin un article sur cette partie de la population française étrange et hors circuit : ceux qui n’ont pas la télé.

Certains se diront : pas possible de vivre sans la télé, on est coupé du monde, sans aucune connexion avec la civilisation et d’autres, peut-être plus avisés se diront qu’ils comprennent tout à fait cette catégorie.

Là encore, peut-être que ces personnes comprendront ces personnes « non cathodiques » car ils auront vécu la situation ou simplement par ouverture d’esprit.

Je peux vous dire que je comprends ces personnes pour en avoir fait partie pendant plus de 6 ans.

J’ai en effet fait le choix de me passer de télévision et c’est justement durant cette période que je me suis ruée vers le cinéma dès que j’en avais l’occasion, j’ai également retrouvé le goût de la lecture, des soirées au musée, des longues conversations entre amis : somme toute, pas mal d’activités desquelles je m’étais privée à cause de l’impact que la télé avait sur ma vie.

Car oui, cette télé a bel et bien un véritable impact sur notre quotidien. Comme une majorité, je me suis déjà surprise à visionner un programme que je n’ai pas du tout choisi et qui ne me plait pas du tout. C’est justement ce que je reproche à la télévision. On appuie sur des boutons et on devient passif : avec le cinéma la démarche est tout à fait différente, on fait justement la démarche d’aller au cinéma, on se déplace, on fait le choix du film et on reste concentré (ou pas d’ailleurs mais c’est une autre histoire ). Pareil avec internet : on a besoin de chercher, d’affiner la recherche pour accéder à ce que l’on cherche la démarche est moins « avilisante ».

Alors voilà, je ne vous cacherai pas que je suis revenue à la télé et que je suis ravie de pouvoir partager dès le lendemain de la diffusion les programes que je regarde. Contente aussi de RE-vérifier le fait que la télé ne nous apporte pas grand chose de plus qu’avant, que je n’ai pas manqué grand chose au fond et que j’ai toujours pu rester dans le coup en surfant sur Internet et en allant au cinéma.

Parcequ’entre nous, et ce n’est pas pour casser du sucre sur notre chère télévision française mais est-ce que ça vaut vraiment le coup de payer une redevance de quelques 200 euros par an pour voir des films (certes diffusés pour la première fois à la télé) mais diffusé quelque 3 années après leur sortie en salle ? (je me suis fait la remarque pour A la recerche du bonheur diffusé hier sur m6 et sorti en salle en janvier 2007 : juste un léger délai dirons-nous…)

Comme le dirait PPD aux Guignols, « vous regardez l’ancêtre d’internet, bonsoir ».

Dépassée la télé ?  il semblerait, oui…

Source : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/11/29/01016-20101129ARTFIG00720-une-education-sans-petit-ecran.php

Image 6-copie-1