News-infos et articles de presse

Nous les jeunes

Posted by admin

Je précise en tout premier lieu que ce post est réservé aux jeunes, comme son nom l’indique. Oui, bon les jeunes jusque 55 ans !

Car l’article qui me sert ce soir de support pour rédiger ce post, découpe notre société en 2 catégories : les vieux, autrement dit les retraités, et les autres : les moins de 55 ans donc…oui les jeunots, les minots, les gamins, les insolents bref les jeunes.

Image-5.png

Car oui, nous avions déjà comme un sentiment de mal être, et bien c’est confirmé : nous les jeunes sommes bien en train de vivre un réelle crise existentielle.

Crise économique, crise du logement, crise de l’emploi, crise de la vingtaine, crise de la trentaine, (et bientôt de la dizaine ??) crises en tous genres, on va mal, on est en train de sombrer – bref c’est la cata.

Plus sérieusement, il ressort de bon nombre d’articles lus récemment, d’études et autres documentaires et livres que nous vivons actuellement une crise sans précédent qui en vient à couper les ailes de la jeunesse française, européenne et mondiale.

Alors vous me direz, oui chaque époque a eu son lot de crises, de guerres même et toujours elles ont permi de rebondir et de pousser une jeunesse toujours plus forte et combative à se relever et a retrousser les manches afin de se construire un avenir meilleur.

Seulement, aujourd’hui la donne a changé, la jeunesse hier tellement prête à aller de l’avant à perdu son entrain et ne croit plus.

Rappel des faits :

notre génération (car même si je mettais le doigt sur le fait que l’article concerne les 0 à 55 ans, je ne partage pas tout à fait cette idée.)

Parlons de nous, génération Y comme on nous appelle, nés aux alentours des années 70 et plus.

Enfants gâtés, souvent issus de famille décomposées et recomposées, jamais ou très rarement frustrés, pourris gâtés et j’en passe : oui les amis, c’est de la sorte qu’on parle de nous… il semble que nous ayons du mal à trouver notre place dans cette société.

Cette même société en pleine crise, comment pourrait-elle nous donner les clés du bien être et de l’anticipation dans le futur quand on sait que plus de la moitié des jeunes diplômés sont au chômage et que tous n’auront pas de retraites ni autre avantage social…C’est bien beau de dire que le jeune a des exigences bien trop fortes, impossible à satisfaire : il faut bien prendre en compte aussi que ce même jeune a fait des études, a bien souvent emprunté de l’argent pour subvenir à ses besoins lors de cet apprentissage scolaire, se retrouve donc sur le marché du travail avec une tête bien pleine et des attentes (ce qui me semble normal) et se retrouve seul face à un monde de brutes où il ne fait pas bon être faible ou en proie à une quelconque peur.

Un monde où la rentabilité est reine, un monde où il faut être souriant, bosseur, sympa, fun, à l’écoute, et j’en passe 28h/24 (et encore je suis gentille)…forcément les risques de craquages sont nombreux et fréquents.

Je lis actuellement un livre qui a fait le buzz il y a quelque temps (oui je vous l’accorde sur ce coup là, je suis un peu à la ramasse !) L’Open Space m’a tuer. Vous me direz, forcément ça me parle, moi salariée du monde de la com’ mais au délà de l’open space et du monde de la com et du conseil, c’est surtout un mode de vie et de travail qui est décrié : une société toute entière uniquement basée sur le profit, la rentabilité, la loi du plus fort.

J’ai corné une page de ce livre tant un des paragraphes m’a marqué. Laissez moi vous en citer un extrait :

« Ce qui devrait faire réfléchir les agences c’est que les jeunes cadres filent leur dèm’ de plus en plus vite. Un jeune diplomé sur trois quitte son premier emploi au cours des deux premières années. En démissionnant aussi tôt, ils ne laissent même pas le temps aux entreprises de rentabiliser meur recrutement.

Mais qu’est-ce qui leur prend, à ces jeunes effrontés ? Cela ne se fait pas de partir avant deux ans de boîte. Ce n’est pas sérieux. Ils ne tiennent plus en place, ile veulent tout, tout de suite.

Qu’est-ce qui a vraiment changé ? Avant, ils étaient prêts à se sacrifier pour l’entreprise, maintenant, ils ont des exigences à peine arrivés. Les jeunes ne sont pas plus fainéants qu’avant. Ils sont lucides de plus en plus tôt. »

Image-4-copie-4.png

No comment…

Oui, comment avoir une jeunesse enjouée et sûre d’elle quand elle est infantalisée par une société dont les pieds sont faits d’argile ?

Comment motiver une jeunesse, lorsque rien n’est prévu à la clé ?

De ce point de vue là, rien n’a changé, je n’ai jamais vu quiconque avancer avec force et courage lorsque il ne sait vers quoi il se dirige.

Ce post est certes assez négatif mais reflète certaines réalités actuelles que nous devrions tous chercher à décrier et à changer.

D’autres dans un certain pays à 2h de Paris, se battent actuellement pour sauvegarder leurs droits… je parle bien sur de la Tunisie qui lutte pour sa liberté de parole.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/01/10/la-jeunesse-francaise-fait-face-a-une-crise-structurelle_1462502_3232.html

Ah les jeunes de nos jours ! je vous dis pas, quelle bande d’ingrats…

Leave A Comment