The tree of life, l'ovni du cinéma

The tree of life, l’ovni du cinéma

Image-4-copie-13.png

Une famille pas très unie, un père frustré et violent, une mère douce, aimante et très croyante et 3 garçons. Un jardin avec une pelouse pas très bien entretenue (l’herbe est plus verte chez le voisin), des dinausaures, l’histoire du big bang, l’espace, le fond des océans, le magma en fusion…

Vous suivez ?

A vrai dire moi non plus , nous non plus et c’est bien là le but du réalisateur Terrence Malick… nous perdre dans les méandres de l’univers afin de valider notre patience et notre endurance. Endurance, il en faut pour aller au bout de ce film dont nous perdons parfois le fil. Bon nombres de spectateurs ont d’ailleurs quitté la salle de cinéma, sans doute par incompréhension, par malaise peut-être aussi.

Le film ne suit aucune logique ou plutôt une logique qui n’est pas la nôtre. Ainsi, pour symboliser la désolidarisation de la famille, le réalisateur choisit de montrer et ce, pendant 30 minutes des images de la nature qui se déchaine. A dire vrai, on se croirait devant le film Home de Yann Arthus Bertrand ! et cela est bien étrange. Il n’est même pas anormal de penser qu’il y a eu un problème au niveau de la bobine !!

Puis, les personnages reprennent leur place sur la toile et le film poursuit son déroulé.

Film très étrange que ce Tree of life, film peut-être même dérangeant tant il réveille en nous toutes sortes d’émotions.

Mais, c’est là la volonté du réalisateur, d’apporter au film une note de philosophie et de spiritualité. Une des plus belles phrase du film à mon goût (que l’on retrouve d’ailleurs dans la bande annonce) est dite par la présence féminine du film : « Your life will flash by » (votre vie passe en un éclair). Ce film nous offre une certaine vision de la vie, une vision poétique et douce…

Sachons prendre dans ce film, la douceur qui fait souvent défaut dans nos vies.

J’ai lu que le Figaro parlait « d’un des plus beaux films au monde », cela m’a donc fortement questionné. Je peux aujourd’hui dire que oui, artistiquement parlant il s’agit d’un film magnifique qui permet au cinéma de rivaliser avec l’art, la peinture, la photographie…Mais de là à dire qu’il s’agit d’un des meilleurs film au monde « cinématographiquement parlant », là je ne suis pas convaincue. J’ai personnellement, besoin de plus d’action, de plus de dialogues et d’un ancrage dans la réalité plus important.

Alors pour la blague, je pensais pendant le film, au jury du dernier festival de Cannes qui a choisi de remettre à ce film la Palme d’or. Je pensais particulièrement à Robert de Niro et Jude Law et n’ai pu m’empêcher de me demander ce qu’ils avaient réellement pensé de ce film !

Voilà donc un film qui diffère de ce que nous sommes habitués à voir. Un film esthétiquement à la hauteur de toutes les critiques positives que nous avons pu lire et entendre… un film pour lequel j’émets plus de réserves d’un point de vue cinématographique pur.

Pour la joie de vos oreilles, je vous invite à écouter la musique phare du film, la Moldau de Smetana :