Poker face

Poker face

Elle nous apparait toute petite. Si grande et puissante, mais toute petite face à cet avocat de renom, presque recroquevillée dans ce canapé et ce bureau trop grand.

Elle, c’est Molly, une ancienne championne olympique de ski à bosses, réduite à devoir abandonner sa carrière suite à une mauvaise chute puis reconvertie – par hasard – dans l’organisation de parties de poker dont la recommée fut d’une puissance totale de NYC à LA.

C’est en fait l’histoire d’une femme qui n’abandonne et ne renonce jamais. En ce sens, elle est l’archétype de la championne, la pure et dure qui a toujours un tour dans son sac, ne dit mot mais est dans la réflexion et dans l’action à toute heure.

Le film retrace son parcours depuis sa discalification aux JO en passant par son entrée dans le milieu des jeux de poker jusqu’à sa condamnation pour fraude. Comprenez bien que cette histoire de fraude n’est en rien de son fait. Si une notion, une seule, devait qualifier Molly ce serait bien l’éthique. Outre l’usage de drogues qu’elle n’a jamais nié, tout son business était géré au cordeau et sans aucune fausse note. Forcément, dès lors que le succès a frappé à la porte, les jalousies ont commencé à pointer leur nez.

En ce sens, ce film est un manifeste féministe et dit la difficulité pour une femme de se faire une place dans un monde encore trop régi par la toute puissance masculine. Sans en rajouter et servir le propos avec lourdeur, ce film illustre les réalités d’un milieu au sein duquel le moindre faux pas vaut d’être discalifiée, à jamais. Une autre éviction, un autre échec… mais rien ne l’arrête. Nul doute qu’elle saura rebondir encore et toujours.

D’un point de vue purement cinématographique, ce film nous sort Le Grand Jeu (on débute l’année, laissez moi reprendre mes marques je reprends doucement !) Pour le dire clairement, je n’y connais trop rien au poker, me fiche assez des tournois organisés et contrairement à la plupart d’entre vous, j’attendais encore que Jessica Chastain me bluffe véritablement. Bim, grand chelem ! Le film est ficelé de tel manière que j’ai été emportée dès la première minute et le jeu de Jess m’a éblouie. Quelle sacrée force de conviction ! Nul besoin de s’y connaitre en poker, le film et sa voix off nous enveloppent et nous emmènent. Même effet que lorsque j’avais découvert le brillantissime Whiplash. J’aime que le cinéma me permette de découvrir des milieux, des personnalités, des expertises… dont j’ignore tout. De la richesse de cet art qui nous emporte !

Beaucoup de bosses dans la vie de cette Molly, et jamais un chemin droit mais un parcours tracé par le travail et l’envie et la détermination. Franchement excellent et prenant.

2018 commence fort !