L'homme fidèle

L’homme fidèle

Sur le papier, tout est là : le scénario bien travaillé (écrit à quatre mains avec Jean-Claude Carrière), les dialogues fourmillants de générosité et même empreints d’une touche d’humour. Un trio d’acteurs frais et sympathiques (Louis Garrel, Laetita Casta et Lily Rose Depp) et puis Paris, notre belle Paris.

Sur la pellicule, le tout se déploie avec difficulté.

Comme ce film, jolie variation sur le couple au demeurant, m’a semblé confiné !

Alors qu’il s’ouvre sur une vue des toits de Paris (sans doute l’une de mes vues préférées ici), le nouveau film de Louis Garrel est étriqué et si j’allais jusqu’au bout de ma pensée, je dirais, pédant.

Autant j’avais aimé la douce folie et la grande liberté de son premier film (présenté à Cannes) Les deux amis, je trouve ce nouvel opus alambiqué et faussement naturel.

Cette réflexion sur le couple manque de vie. Pas tant de vérité, car il appartient bien évidemment à chaque couple de se créer sa propre vérité et cela, cet Homme fidèle le définit bien, mais elle manque de simplicité.

Mention spéciale pour le fils un peu perturbé mais surtout excellent dans son rôle de pseudo détective œdipien.

Mais en toile de fond, toujours ce marivaudage parisiano chiant et coincé.