La French ou la thug life de la semaine

La French ou la thug life de la semaine

Je dois dire que l’idée même de ce film m’intriguait. Cela dit, je m’attendais à être déçue. Allez savoir pourquoi, j’ai parfois un rapport étrange au cinéma et aux films.

Non mais comprenez moi : un sujet mafieux, de la drogue et du trafic en veux tu en voilà, un napolitain à la tête de tout cela, un flic dans les parages et j’en passe, vous serez d’accord pour dire que nous sommes servis niveau films du genre de référence, et ce sont des classiques de surcroît, surtout américains. Et je ne pense pas être mauvaise langue si je dis que le cinéma français est mauvais lorsqu’il marche sur les plates bandes du cinéma US.

C’est alors que j’ai quelque peu senti la mauvaise chute venir dès lors que le film s’avançait dangereusement vers le sillon de films tels que Casino staring le grand Bob de Niro (contrôle de tous les casinos et autres boites de nuits de la ville etc).

Mais non. Belle surprise, le film s’est resserré sur l’enquête et surtout, sur la personnalité des personnages principaux à savoir Gilles Lelouche qui joue Zampa : la « tête » de la pieuvre (La French Connection) et Dujardin qui incarne le Juge Michel en charge de l’enquête. Le réalisateur choisit de mettre l’accent sur la confrontation et l’affrontement entre les deux hommes et c’est cela la bonne idée. Si je ne me trompe pas, ils ne partagent que deux scènes mais l’intensité entre les deux hommes est palpable tout le film durant.

C’est en cela je trouve que le film gagne du terrain et marque des points : j’ai totalement adhéré à l’introduction des personnages qui est faite tout au long du film. Je me suis totalement « intégrée » à cette affaire et me suis sentie « proche » d’eux. Je pense qu’on tient là une belle leçon de cinéma dont le propre est de créer du lien entre les personnages et le spectateur même lorsque les deux parties n’ont rien en commun, ne partagent rien, comme c’est le cas ici. Très sérieusement, les trafics de drogue, très peu pour moi, je ne suis pas une adepte !

Belle incursion du sujet donc et belle prestation des acteurs. Gilles Lelouche endosse le rôle du méchant (que ça doit être jouissif de jouer un tel rôle, mais difficile aussi car très vite caricatural) avec brio, rien de moins. Jamais je n’ai trouvé qu’il en faisait trop (ou pas assez). Le tout aurait pu donner lieu à des scènes de ridicule sans nom mais loin s’en faut, il assume son rôle et le gère de A à Z. Je dois dire également que le « rise and fall » qu’impose son rôle m’a beaucoup touché. il faut le voir tomber peu à peu, perdre de son ampleur, de son charisme lorsque son monde s’écroule pas à pas autour de lui. J’ai trouvé qu’il incarnait cela à la quasi perfection.

Jean Dujardin est lui plus empathique dans le rôle de ce Juge brillant qui met sa moelle, rien de moins, dans cette enquête. Il fait preuve de persévérance et surtout de conviction. Il veut mettre à terre cette French Connection qui détruit la ville, le pays et tout le réseau qu’elle inonde (jusqu’aux Etats Unis donc).

Le tout forme un film noir, bien corsé, jamais (trop) caricatural et rondement mené. Preuve en est que le cinéma français est capable de livrer des œuvres bien ficelées sans pour autant chercher à singer à tout prix les classiques que l’on a tous en tête.

Nous ne sommes clairement pas chez Scorsese (indétrônable par tant de génie pour ce genre de films) mais le résultat est gagnant tout de même.