Chut

Chut

Plus que l’horreur en elle même et la certitude de prendre une bonne décharge d’adrénaline, c’est surtout pour son travail sur le son que Sans un bruit m’intriguait. Comment réaliser un film censé se passer dans le silence le plus total sans pour autant en faire un film muet ?

J’ai enfin pris mon courage à deux mains et n’en sors pas vraiment indemne.

Sans pour autant parler d’un film novateur, cet opus mêle psychologie et gore et nous immerge dans un monde de silence et de bruits feutrés.

Au départ, c’est cette idée de nous plonger dans un futur proche sur lequel règnent quelques immondes bêtes – entre Alien et les robots vus dans Metalhead (épisode de la dernière saison de Black Mirror) – assoiffées de sang. Ces créatures, aveugles mais dont l’ouïe est ultra développée, attaquent les humains dès lors que ces derniers font le moindre bruit.

C’est dans un monde post apocalyptique que vivent, reclus, ce couple charmant et leur 3 enfants, bientôt 4 puisque Madame est enceinte.

Ils ont alors appris à échanger en langue des signes, à ne pas faire de bruit de bouche lorsqu’ils dînent ou encore à se déplacer sans l’once d’un écho. Autant dire : l’enfer sur Terre car disons le, pousser une bonne gueulante ou râler sont tout de même des choses jouissives et indispensables au bien être de l’humain. Se pose alors la question du développement de chacun dans un monde où l’on se doit de marcher sur la pointe des pieds, où l’on doit faire attention à chaque empreinte laissée.

On entre donc dans le quotidien de cette famille avec l’angoisse bien scellée aux chevilles. L’angoisse monte peu à peu pour donner lieu à un déferlement de violence (toujours bien gérée) et un final assez sanglant qui révèle alors une héroïne, capable de faire face à une situation hors norme, qui en dépasserait plus d’un.

Le tout est bien calibré, quelques excentricités de scénarios viennent alors parfois rendre le tout un peu « gros » mais le réal parvient toujours à retomber sur ses pieds pour nous donner à voir un film d’horreur gentillet sur le fond mais assez puissant sur la forme.

Rien de terrifiant ni de gore. C’est sur l’angoisse que joue le réal qui parvient à gérer un vrai suspens.

Un pur film de cinéma à voir en salle donc… sans bruit de pop corn !

Allez y, c’est climatisé !